N° 9 ∙ Septembre 2020

COMMENTAIRE DE MARCHÉ

Cela fonctionne aussi sans faire de publicité

AUTEUR: Dr. Volker Schmidt

Senior Portfolio Manager



En 2008, l'Agence des finances de la République fédérale d'Allemagne a lancé une vaste campagne médiatique avec pour mascotte une tortue experte en finances, dans le but de faire la promotion de ses Bundesschatzbriefe (obligations d'épargne fédérales). Certaines personnes outre-Rhin se souviennent peut-être de la drôle de tortue Günther Schild (jeu de mots entre Schildkröte, tortue, et Schild, protection, bouclier, carapace), chargée d’inciter les investisseurs particuliers allemands à investir dans la dette fédérale. Dans un spot publicitaire, l’on pouvait voir la tortue en question dans son bureau d’expert financier. À des clients imaginaires lui demandant comment faire fructifier leur argent, Günther Schild répondait par les questions suivantes : « Est-ce que c'est pour tout de suite ? Désirez-vous prendre des risques ? Voulez-vous faire un bénéfice à n’importe quel prix ? Êtes-vous joueur ? » Si vous répondiez par l’affirmative à toutes ces questions, l’expert à la carapace en concluait que les Bundeswertpapiere n'étaient pas faits pour vous. Toutefois, à l’époque, les produits favoris de Günther Schild n’ont pas réussi à séduire les investisseurs particuliers en raison de la faiblesse des taux d’intérêt. Fin 2012, l’État a cessé d'émettre des Bundesschatzbriefe et également mis un terme à la carrière publicitaire de Günther Schild. Au grand dam de ses fans, qui, tout à leur chagrin, publièrent même un avis de décès sur Internet.

Presque 10 ans se sont écoulés depuis. Qu’en est-il aujourd’hui ? Les investisseurs particuliers ne détiennent plus d’emprunts fédéraux allemands, dont les rendements sont négatifs sur l’ensemble de la courbe. Mais pour engranger des gains sur des obligations à rendement négatif, il vaut mieux être un peu joueur non ? En fait, pas nécessairement. Les investisseurs qui, en janvier, ont acheté le nouveau bon d’État allemand à 10 ans, assorti d’un coupon zéro et d'un rendement à l'émission de -0,25 %, bénéficient actuellement d’une belle appréciation du titre. La BCE, qui ne craint pas les rendements négatifs dans la mesure où l’argent qu’elle utilise est mis à sa disposition par les banques à des taux encore plus négatifs, est désormais le plus important détenteur de dette fédérale, avec au moins 30 % de toutes les obligations allemandes. Pour parvenir à cela, Berlin n’a pas eu besoin de lancer d’autre campagne avec Günther Schild, et la BCE continuera d’acheter des emprunts d'État allemands à l’avenir dans le cadre de ses programmes.

L’Allemagne accélère massivement son recours à l’emprunt en ce moment, car c’est le tribut à payer pour financer les dépenses supplémentaires consacrées à la lutte contre la crise du coronavirus. 122,5 milliards d’euros de nouvelles dépenses ont été décidées dans un premier temps par l’État fédéral en mars 2020, auxquelles se sont ajoutés 33,5 milliards d’euros de manque à gagner fiscal. En juin 2020, l’Allemagne a voté un deuxième budget additionnel reflétant de nouvelles dépenses et des pertes de recettes fiscales plus fortes que prévu. Au total, l’emprunt net fédéral en 2020 est estimé à 218,5 milliards d’euros.

Dans cette optique, l'Agence des finances allemande, en charge des émissions de dette publique, a pris les mesures qui s'imposaient. Les émissions ont augmenté dès le deuxième trimestre 2020, avec, pour la première fois, le lancement d’emprunts d’État à 7 ans et 15 ans. Au cours des prochains mois, l’émission d’emprunts indexés sur l’inflation, dont la dernière émission remonte à 2015, devrait reprendre. De plus, la toute première émission d’une obligation fédérale « verte » est prévue au mois de septembre. Le cadre régissant les projets financés, et qui réglemente les exigences en matière de documentation et de contrôle, a récemment été publié.

Les investisseurs tenant compte de critères ESG dans leurs portefeuilles seront demandeurs d’obligations vertes même avec des rendements négatifs. Les emprunts indexés sur l’inflation devraient également faire l’objet d'une demande soutenue, car nombreux sont les investisseurs à prévoir un retour de l’inflation dans le sillage des programmes massifs de relance des autorités budgétaires et monétaires. Nul doute que pour ce nouveau type de produits, les services de Günther Schild ne seront pas non plus nécessaires.

Chez ETHENEA, seules des circonstances exceptionnelles nous amènent à investir dans des obligations à rendement négatif. Par exemple, il peut arriver qu’un investissement en obligations souveraines allemandes soit justifié à des fins de couverture lors de situations de crise. Pour autant, nous considérons qu’investir dans des obligations à rendement négatif est assez similaire à l’achat d’actions technologiques chères, car dans les deux cas, la possibilité d'une nouvelle appréciation des cours ne peut jamais être totalement exclue. Quoi qu'il en soit, nous ne pourrons pas encore constater les potentiels impacts inflationnistes des super-programmes de relance budgétaires et monétaires cette année. À l’heure actuelle, le sentiment est plutôt dominé par la crainte d'une deuxième vague de contaminations risquant de nuire à nouveau à la demande (en biens et en services.)

Contact

N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou suggestion éventuelle.

ETHENEA Independent Investors S.A.
16, rue Gabriel Lippmann · 5365 Munsbach
Téléphone +352 276 921-0 · Fax +352 276 921-1099
info@ethenea.com · ethenea.be